TONIQUE

Prononciation : to-ni-k'
Nature : adj.

1Terme de médecine. Qui offre rénitence et élasticité, en parlant d'un tissu organique. Force tonique. Terme de pathologie. Spasmes toniques, s'est dit des crispations régulières encore soumises à la volonté, par opposition à spasme clonique. 2Terme de médecine. Se dit des médicaments qui ont la faculté d'exciter lentement et par des degrés insensibles l'action organique des divers systèmes de l'économie animale, et d'en augmenter la force d'une manière durable. Substantivement. Faire usage des toniques. Le quinquina est un tonique. 3Terme de grammaire. Accent tonique, ton plus marqué dont on prononce dans un mot une syllabe particulière, caractérisé dans les langues anciennes par une plus grande élévation de la voix, et dans les langues modernes, par une plus grande intensité. Anima, qui est à la fois latin et italien, donne un bon exemple de la différence : l'a, dans le latin, est accentué et bref ; dans l'italien, il est accentué et long. 4Terme de musique. La note tonique, le son principal auquel, dans chaque mode, il serait impossible d'en substituer un autre, sans détruire ou altérer le sens de la phrase, et sans lequel on ne pourrait clore la plus simple période. Substantivement. La tonique et la dominante. La tonique finit communément tous les airs, principalement à la basse et au chant. 5Écho tonique, celui qui ne répète que certains sons, ou qui modifie ceux qu'il transmet, de manière à en altérer sensiblement la nature. Ton 2.