tonalite

Prononciation : to-na-li-té
Nature : s. f.

1Propriété caractéristique d'un ton.
L'auscultation fait entendre dans un muscle contracté un son d'une tonalité déterminable qui serait, d'après Wollaston, très voisin de l'ut de 32 vibrations , Acad. des scienc. Comptes rendus, t. LXII, p. 1171
2Terme de musique. Autrefois, synonyme de ton au sens du n° 9. Ainsi on disait : la tonalité de ré. On dit aujourd'hui et on doit dire : ton de sol, ton de ré. Aujourd'hui, l'ensemble des intonations, ou résultat d'un assemblage de sons graves et aigus disposés de telle sorte que, dans la composition de l'échelle des sons, les tons et les demi-tons se succèdent d'une manière déterminée.
Les tonalités sont comme les langues, elles varient et se modifient selon les temps et les lieux , LOQUIN. ,
Par le mot tonalité, nous n'entendons plus la prédominance d'un accord sur un autre accord, ni d'un ton sur les autres tons, mais la prédominance de tel ou tel système de musique sur tout autre système dans l'oreille et l'organisation humaines , D'ORTIGUE , Dict. de plain-chant, tonalité
Tonalité grecque, système de musique fondé sur l'emploi de tétracordes ou d'échelles de quatre sons, dont les anciens Grecs se servaient ; il a été usité chez les Latins jusqu'à la chute de l'empire romain. Tonalité du plain-chant, système de musique fondé sur l'emploi d'hexacordes ou échelles de six sons, réglé définitivement au VIe siècle par le pape saint Grégoire le Grand ; il régna généralement dans tout l'Occident civilisé jusqu'à la fin du XVIe siècle.
La tonalité alors en usage [à l'époque qui a précédé l'introduction de l'harmonie dissonante dans l'art] était celle du plain-chant ; cette époque s'est prolongée jusqu'à la fin du XVIe siècle , FÉTIS , Traité de la th. et de la pr. de l'harmonie, § 243
Le système de tonalité dans lequel ces hymnes [chantées à l'église] sont écrites.... est susceptible de rencontrer fréquemment d'admirables applications , H. BERLIOZ , à travers chants, p. 13
Tonalité moderne, système de musique dans lequel on écrit aujourd'hui, inauguré d'une manière inconsciente et partiellement dans les dernières années du XVIe siècle par le compositeur Monteverde, et fondé sur les rapports admis dans la gamme.
La tonalité moderne, c'est-à-dire la langue musicale dans laquelle écrivent nos compositeurs, et la seule qui soit familière aux musiciens de nos jours, est de formation récente ; elle ne date pas même de trois cents ans , LOQUIN , Tonalité moderne, p. 1
3Qualité d'un morceau écrit dans un ton bien déterminé, qui fait que l'oreille n'est pas contente si un morceau écrit dans un certain ton ne se termine pas par la tonique.