TISANE

Prononciation : ti-za-n'
Nature : s. f.

1Boisson qui ne tient en dissolution qu'une petite quantité de substances médicamenteuses, et que l'on administre dans les maladies pour aider l'action des médicaments plus actifs.
Une tisane dont un jésuite d'Ingolstadt lui avait donné [à Leibnitz] la recette lui causa des convulsions et des douleurs excessives, dont il mourut le 14 novembre 1716 , DIDER. , Opin. des anc. philos. (Leibnitzianisme) Tisane purgative, celle où l'on a mêlé quelque purgatif.
2Tisane de Champagne, vin de Champagne plus doux, plus sucré, moins spiritueux. XIVe s.
Tizanne doulce : prenez de l'eau et faites boulir, puis mettez pour chascun sextier d'eau une escuelle d'orge largement , Ménagier, II, 5
XVIe s.
Ptisane, qu'on appelle communéement tisane , H. EST. , Précellence, p. 218
Prov. tizana, tipsana ; esp. et it. tisana ; du lat. ptisana, le grec sous-entends, orge broyée (du grec, piler), parce que la ptisane était une décoction d'orge broyée. TISANE. Ajoutez : 3Tisane de bois tortu, dénomination plaisante du vin, Gloss. aunisien, p. 152. Ajoutez : le grec et tisana se trouvent dans des textes fort anciens, comme formes populaires (voy. Rev. critique, 4 oct. 1873, p. 225).