TIRET

Prononciation : ti-rè ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : les ti-rè-z et les papiers ; tirets rime avec
Nature : s. m.

1Petit morceau de parchemin long et tortillé, servant à enfiler et à attacher des papiers.
Et aussi les deux tirets de parchemin pendants sur le pli ne peuvent pas faire voir qu'il y ait jamais eu de scel , Procès-verbal du 12 août 1665, du greffier de l'élection de Laon On disait aussi queue.
2Petit trait horizontal dont on se sert pour joindre certains mots qui proprement sont censés n'en faire qu'un, comme tout-puissant, belles-lettres, etc. En ce sens, les grammairiens disent trait d'union, et les imprimeurs division. 3Ce même trait sert aussi, placé au bout de la ligne, à indiquer qu'un mot n'est pas fini. 4Terme de typographie. Ligne qui indique un nouvel interlocuteur dans le dialogue ou une suspension dans le discours. 5Pièce de bois qui sert d'arc-boutant dans un moulin. XVIe s.
Lettre qui n'avoit point esté leue, encor que le tiret en eust esté rompu , SULLY , Mém. t. IX, p. 120
Tirer. TIRET. Ajoutez : 6Branche à fruit conservée plus ou moins longue sur la vigne, dite aussi courgée, vinée, pleyon, archet, aste, sautelle, flèche, etc., DUBREUIL, Culture du vignoble, Paris, 1863, p. 88.