TINTAMARRER

Prononciation : tin-ta-ma-ré
Nature : v. n.

Terme populaire et vieilli. Faire du tintamarre.
Je m'en revins tout épouvanté tintamarrer à notre huis , CYR. DE BERG. , Pédant joué, v. 1
Que l'on ne fasse point tintamarrer leurs armes , CHAMPMESLÉ , le Parisien, II, 8 Activement.
Elle eut beau le tintamarrer, tarabuster, sabouler , COMTE DE CAYLUS , ÉCOSSEUSES, Oeuv. t. x, p. 522, dans POUGENS
XVIe s.
Qui sera une recherche tintamarée et de la plus pernicieuse consequence qu'il est possible de penser , FROUMENTEAU , Finances, III, p. 424
Au lieu que la raison devroit avoir la surintendance chez vous, vos sens sifflent, bruyent, grondent, s'elevent et tintamarrent comme une tempeste orageuse , PASQUIER , Lettres, t. III, p. 590