TIMBRER

Prononciation : tin-bré
Nature : v. a.

1Terme de procédure et d'administration. Écrire en tête d'un acte sa nature, sa date et le sommaire de ce qu'il contient. Timbrer une pièce, un acte. 2Imprimer sur du papier, sur du parchemin, la marque ordonnée par la loi. Timbrer des billets, des affiches. Faire timbrer les numéros d'un journal. 3Imprimer sur une lettre une marque qui indique le lieu d'où elle vient, et le jour de départ et d'arrivée. On timbre les lettres au lieu de départ et au lieu d'arrivée. 4Timbrer les livres d'une bibliothèque, les marquer d'un cachet, d'un sceau particulier qui sert à les faire reconnaître. 5Terme de blason. Mettre au-dessus d'un écu un timbre ou quelque autre marque d'honneur, de dignité. Les armes du pape sont timbrées d'une tiare. XVIe s.
Et au-dessous leur cachet apposé, qui sont bien aultres et plus grands qu'à la françoise, car ils sont tous timbrez , CARL. , IX, 51
Armet en teste, thymbré d'une tiare persicque , RAB. , IV, 50
Il ne me chaut de tous ces tiltres et pancartes, ny d'armoiries, timbrées ou non timbrées , Sat. Mén. p. 98
Timbre 1. Timbrer avait le sens de frapper le tambour : XIIIe s.
Lors fait soner ses graisles et ses tabors timbrer , Ch. d'Ant. VI, 45