THUNE

Prononciation : tu-n'
Nature : s. f.

Ancien terme d'argot. Aumône, MAREAU, le Jargon ou langage de l'argot réformé. Le roi de thune ou de la thune, le chef des mendiants.
Moi, Clopin Trouillefou, roi de Thune, successeur du grand coësre, suzerain suprême du royaume de l'argot , V. HUGO , Notre-Dame de Paris, II, 6
Vive Clopin, roi de Thune, vivent les gueux de Paris ; c'est ainsi que Victor Hugo fait chanter en choeur, dans un opéra d'Esméralda, les truands de la cour des Miracles , l'Événement, 3 janv. 1877
Chevaliers de la thune, les mendiants.
Une quête faite au profit des indigents de Paris dans un bal donné par la société des chevaliers de la thune, a produit une somme de 65 francs , Journ. offic. 12 déc. 1876, p. 9259, 1re col.
Origine inconnue (comp. TUNER au Dictionnaire).