theologien

Prononciation : té-o-lo-jiin
Nature : s. m.

1Celui qui sait la théologie, qui écrit sur la théologie.
Ce sont des disputes de théologiens et non pas de théologie ; nous qui ne sommes point docteurs, n'avons que faire à leurs démêlés , PASC. , Prov. III
Saint Grégoire de Nazianze, que l'Orient appelle son théologien par excellence , BOSSUET , 2e instr. sur les passages, 4e passage.
Faible théologien [Jurieu], qui fait semblant de ne pas comprendre combien de vérités il nous faut croire, quoique nous ne sachions pas toujours le moyen de les concilier ensemble ! , BOSSUET , 2e avert. 10
L'instruction des peuples et la défense de la religion veulent qu'un théologien ait fait une étude profonde de l'histoire ecclésiastique ; qu'il connaisse les hérésies, les décisions de l'Église, les écrits des saints Pères, et qu'il saisisse tout le fil de la tradition , CONDIL. , Hist anc. X On dit théologienne au féminin.
Encore une fois, l'âme simple et bien intentionnée ne fait point tant la théologienne et la savante ; elle sait ce que Dieu lui commande, et elle met en lui sa confiance , BOURDAL. , Carême, Sur la prédestin.
Et puis madame se mêlait de raisonner de religion ; elle avait des sentiments, elle parlait de doctrine, c'était une théologienne , MARIV. , Pays. parv. 4e part.
2Par extension, étudiant en théologie XIVe s.
Et par ce appert il que le bon theologien et le bon juriste ne sont pas discordans , ORESME , Éth. 163
XVIe s.
Nous baillons en gardes nos ames aux theologiens, lesquelz pour la plus part sont haerectiques , RAB. , III, 29
Théologie ; provenç. theologian.