TERRITOIRE

Prononciation : tè-ri-toi-r'
Nature : s. m.

1Étendue de terre qui dépend d'un empire, d'une province, d'une ville, d'une juridiction, etc.
Les Églises eurent le droit de faire payer les compositions dans leur territoire, et d'en exiger le fredum , MONTESQ. , Esp. XXX, 21
Leur territoire [des Romains], du temps des rois et des premiers consuls, n'était pas si étendu que celui de Raguse , VOLT. , Moeurs, Introd.
Le voilà ce théâtre et de neige et de gloire [les Alpes], Éternel boulevard qui n'a point garanti Des Lombards le beau territoire , VOLT. , Ép. au lac de Genève.
Combien croyez-vous que le territoire de France contienne d'arpents ? Cent trente millions dont presque la moitié est en chemins, en villes, villages, landes, bruyères, marais, sables, terres stériles, couvents inutiles, jardins de plaisance plus agréables qu'utiles, terrains incultes, mauvais terrains mal cultivés , VOLT. , l'Homme aux 40 écus, Entretien avec un géomètre Donner territoire, prêter territoire, se dit d'un évêque qui, dans son diocèse, permet à un autre évêque de faire certaines fonctions épiscopales.
2Aux États-Unis, contrée assez peuplée déjà pour avoir besoin d'être administrée au nom du congrès fédéral, mais n'ayant pas encore atteint le chiffre de population nécessaire pour faire sa constitution, et pour entrer, avec l'agrément du congrès, au même titre que les autres États, dans la république. Lat. territorium, de terra, terre.