TENTATION

Prononciation : tan-ta-sion ; en vers, de quatre syllabes
Nature : s. f.

1Mouvement intérieur par lequel on est porté à des choses soit indifférentes, soit mauvaises.
Je n'ai jamais eu de si basse tentation que celle du gain , BALZ. , liv. II, lett. 4
Il me prend des tentations d'accommoder tout son visage à la compote , MOL. , G. Dand. II, 4
Je suis un peu étonnée que l'air du menuet ne vous donne pas la moindre tentation ; quoi ! pas une seule agitation dans les jambes ? , SÉV. , 404
Avouons de bonne foi qu'il n'y a point de tentation égale à celle de la puissance, ni rien de plus difficile que de se refuser quelque chose, quand les hommes vous accordent tout , BOSSUET , Polit. X, 6, 1
Ces idoles que le monde adore, à combien de tentations délicates ne sont-elles pas exposées ! , BOSSUET , Duch. d'Orl.
J'ose dire que de toutes les tentations dont les princes ont le plus à se garder, ce sont celles qui les poussent à tirer tout ce qu'ils peuvent de leurs sujets , VAUBAN. , Dîme, p. 230
L'homme est plus libre d'éviter les tentations que de les vaincre , J. J. ROUSS. , Hél. VI, 6
Ignores-tu qu'il est des tentations déshonorantes qui n'approchèrent jamais d'une âme honnête, qu'il est même honteux de les vaincre, et que se précautionner contre elles est moins s'humilier que s'avilir ? , J. J. ROUSS. , ib. IV, 13
N'exposez plus votre vie aux tentations de la misère et du désespoir , J. J. ROUSS. , Ém. IV
Il n'y a point de tentation sans espoir , J. J. ROUSS. , Gouv. de Polog. ch. VIII
2En matière de religion, sollicitation au mal par la suggestion du diable ou par celle de la concupiscence.
La flamme est l'épreuve du fer, La tentation l'est des hommes , CORN. , Imit. I, 13
Vous êtes donc bien tendre à la tentation , MOL. , Tart. III, 2
Tant de tentations qui accablent la nature humaine , BOSSUET , Reine d'Anglet.
Jésus-Christ trouve pour nous tant de tentations et une telle malignité dans tous les plaisirs, qu'il vient troubler les plus innocents dans ses élus , BOSSUET , Mar.-Thér.
Toutes les créatures sont un piége et une tentation à l'homme , BOSSUET , Comédie, 10
Le dépouillement religieux y met à couvert de la tentation des richesses.... et quand je dis la tentation des richesses... que de tentations renfermées dans celle-là seule ! , MASS. , Profess. relig. Serm. 2 Particulièrement. La tentation d'ève et d'Adam par le serpent.
L'exemple et la complaisance fortifiant la tentation, il [Adam] entre dans les sentiments du tentateur si bien secondé [par ève] , BOSSUET , Hist. II, 1
XIIe s.
Sulunc le jurn de temptacium el desert , Liber psalm. p. 139
Si la temptacions ravist aulcune foiz la pense juske al delit [plaisir] , Job, p. 452
Avient à la fois ke al tens de temptation fiert si grant folie nostre savoir.... , ib. p. 503
XIIIe s.
Ne nos moine mie en tentation, mès delivre nos de mal , Psautier, f° 198
XIVe s.
Les stoyciens disoient que celui qui est vertueux ne sent nulle passion ne temptacion de ire ne de concupiscence , ORESME , Éth. 38
XVe s.
Temps de doleur et de temptacion ; Age de plour, d'envie et de tourment , E. DESCH. , Du temps présent
XVIe s.
Le despit est la plus forte tentation de toutes les autres , MARG. , Nouv. XVIII
Wallon, temmtâssion, provenç. temptacio, tentacio ; espagn. tentacion ; ital. tentazione ; du lat. tentationem, de tentare, tenter.