TENSON

Prononciation : tan-son
Nature : s. f.

Terme de poésie du moyen âge. Dispute sur une question de galanterie, dans laquelle deux ou plusieurs poëtes soutenaient des partis différents. Ces pièces de poésie avaient parfois aussi pour objet des plaintes langoureuses ou des reproches amers. On ne voit pas pourquoi l'Académie fait tenson du masculin. Ce mot n'est masculin ni en français ni en provençal, ni au sens propre de querelle, ni au sens figuré d'espèce de poésie. XIIIe s.
Or nos metons en loial jugement, Si est la tençon de nos deus definée , Tenson du duc de Brabant et de Gillebert, dans RAYNOUARD, Lexique
XVIe s.
Les tensons estoyent disputes d'amours qui se faisoient entre les chevaliers et dames poetes entreparlans ensemble de quelque belle et subtille question d'amours , J. DE NOSTRAD. , Poés. provenç. p. 15, dans LACURNE
Provenç. tenso ; ital. tenzone ; du lat. tensionem, action de tendre (voy. TENDRE 2). Tenson était fort employé par l'ancienne langue au sens de querelle.