TENAILLER

Prononciation : te-nâ-llé, ll mouillées, et non pas te-nâ-yé
Nature : v. a.

Supplicier avec des tenailles ardentes.
Il [Damiens] fut tenaillé avec de grosses pinces ardentes aux bras, aux cuisses et à la poitrine , VOLT. , Hist. parl. LXVII
L'évêque [de Munster], après l'avoir quelque temps montré [Jean de Leyde, le chef des anabaptistes] de ville en ville, comme on fait voir un monstre, le fit tenailler avec des tenailles ardentes , VOLT. , Moeurs, 132 Fig.
C'est me faire beaucoup de bien, en me reprochant que je ne le mérite pas ; et cela est proprement me baiser la main, en me tenaillant le coeur , VOIT. , Lett. 6
Maudit soit l'auteur dur, dont l'âpre et rude verve, Son cerveau tenaillant, rima malgré Minerve , BOILEAU , Épigr. XI
XVIe s.
Et le poignant regret qui tenaille mon ame , DESPORTES , Diane, II, 8
Pour alleger mon esprit languissant, Qu'amour tenaille à secrettes attaintes , DESPORTES , Cléonice, XXXIV
Poltrot mené à Paris est tenaillé et tiré à quatre chevaux , D'AUB. , Hist. I, 181
Ils ne vouloient point attaquer le logis du siege, tant pour estre les trenchées bien tenaillées, que d'autant que la principale force des Affricains estoit en cavallerie , D'AUB. , ib. I, 187
Tenaille.