TEMPORISER

Prononciation : tan-po-ri-zé
Nature : v. n.

Différer, dans l'attente d'un temps. plus favorable.
L'habitude que je me fais de temporiser et de ne jamais rien conclure , BOURDAL. , Myst. Épiphanie, t. I, p. 102
Lorsqu'on désire, on se rend à discrétion à celui de qui l'on espère ; est-on sûr d'avoir, on temporise, on parlemente, on capitule , LA BRUY. , XI
Personne n'ignore qu'il [Philippe de Valois à Crécy] pouvait, en temporisant, prendre toute l'armée anglaise par famine , VOLT. , Moeurs, 76
Tandis que les conjurés de Pison temporisent entre l'espérance et la crainte, la conjuration se découvre et ils périssent tous , DIDER. , Cl. et Nér. I, 111 Il se conjugue avec le verbe avoir.
XVe s.
Et par le contraire, ceulx qui sçavent dissimuler sont prisez et temporisent ès cours plus que autres gens , AL. CHART. , le Curial.
Je tien que ce seroit le plus glorieux royaume qui temporisast soubz les nues, nonobstant que au gré de tous ne soit mie gouvernée la chose publique , CHRIST. DE PISAN , Charles V, II, 15
Et sembloit qu'elle voulust temporiser et attendre ce qu'il seroit encore de l'adventure dudit duc [la défaite de Granson] , COMM. , v, 2
XVIe s.
Mais si le fat vieillissant temporise Jusqu'à porter au menton barbe grise , RONS. , Élégie 32
Qu'il [le duc de Guise à la bataille de Dreux] ne se peult excuser d'avoir faict alte et temporisé avecques les forces qu'il commandoit.... , MONT. , I, 342
Mulei-Mohameth et ses conseillers tendoient à temporiser près de l'Arache , D'AUB. , Hist. II, 391
Dérivé du lat. tempus, temporis, temps ; ital. temporeggiare.