TARTE

Prononciation : tar-t'
Nature : s. f.

1Espèce de pâtisserie, qui contient ordinairement de la crème, ou des confitures, ou des fruits.
Et, s'il faut qu'avec elle on joue au corbillon, Et qu'on vienne à lui dire à son tour, qu'y met-on ? Je veux qu'elle réponde : une tarte à la crème , MOL. , Ec. des f. I, 1
2Fig. et anciennement. Tartes bourbonnaises, certains bourbiers assez communs dans le Bourbonnais, dont le passage est dangereux pour les chevaux et les voitures, le dessus se desséchant au soleil et le dedans demeurant plein de boue. XIIIe s.
Chaudes tartes et chaus flaons , BARBAZAN , Fabliaux, t. IV, p. 89
XIVe s.
Paste pestrie ainsi comme pour le fons d'une tartre , Ménagier, II, 5
Jamais qui n'aroit paste le pain ne feroit on ; Ne tarte sans estoffe ne vaut mie un bouton , Baud. de Seb. XI, 17
XVIe s.
L'ane ne failloit point à vous planter le pauvre St Chelent en un fossé, ou en quelque tarte bourbonnoise , DESPER. , Contes, XXIX.
En ce logis qui devroit estre Purgatoire d'enfans gastés, Comme en leur paradis terrestre, Ils mangent tartres et pastez [la prison de Genève où, par connivence, les détenus jouissaient de tout plaisir] , BONIVARD , Anc. et nouv. pol. de Genève, p. 98
On se saoule bien de manger tartes , COTGRAVE ,
Wallon, tâtt ; bas-lat. tarta, dans un texte de 1103. Diez pense que c'est une altération de tourte (voy. ce mot) ; en tout cas elle est singulière. Le bas-breton dit tartez, tarte, mais il vient probablement du français. Le kymri a torth, un pain.