TARIR

Prononciation : ta-rir
Nature : v. a.

1Mettre à sec. Tarir un étang, un puits.
D'un ruisseau qui peut nuire interrompez la course, Et, pour faire encor mieux, tarissez-en la source , BOURSAULT , És. à la cour, v, 6 Par extension.
Tarir les larmes, les pleurs, faire cesser de pleurer Peuples, que cette belle fête à jamais tarisse vos pleurs , MALH. , III, 1
Mes soins avec le temps pourront tarir ses larmes , CORN. , Théod. v, 7
À force de pleurer on tarit les larmes , MARIV. , Marianne, 6e part.
Si je peins la bienfaisance Et les pleurs qu'elle tarit , BÉRANG. , Halte-là.
Tarir ses larmes, ses pleurs, cesser de pleurer.
Apaisez vos soupirs et tarissez vos larmes , CORN. , Illus. com. III, 1
Fig.
Peuple, fais voir ta joie à ces divinités Qui vont tarir le cours de tes calamités , CORN. , Toison d'or, Prol. sc. 4
Depuis ce jour fatal qui changea votre choix en tristesse, et qui tarit toutes les ressources de votre fortune , MASS. , Carême, Prière 2
Voulez-vous [ ô Seigneur] tarir la source de la race royale ? , MASS. , Orais. funèb. Louis XI
Je dis : voilà le vice ; il use le bonheur, Il tarit l'avenir , DELILLE , Imag. VI
2V. n. Être mis à sec, cesser de couler. Cette source a tari hier. Cette source est tarie depuis hier.
Ne sais-tu pas que mon armée ne pouvait en un repas se désaltérer sans faire tarir des rivières ? , FÉN. , Dial. des morts anc. (Xercès, Léonidas).
Il y a des vaches dont le lait tarit absolument un mois ou six semaines avant qu'elles mettent bas , BUFF. , Quadrup. t. I, p. 194
Que deviendraient ces enfants eux-mêmes, privés d'une mamelle qui tarirait en chemin ? , RAYNAL , Hist. phil. XV, 4 Par extension.
Rien ne tarit sitôt que les larmes , VAUGEL. , Q. C. v, 5
C'est trop verser de pleurs, il est temps qu'ils tarissent , CORN. , Poly. II, 4
3Fig. Cesser, s'arrêter, en parlant de quelque chose comparée à une source.
Ce fertile sujet ne tarira jamais , LA FONT. , Contr.
Un mensonge capable de faire tarir ces charités , PASC. , Prov. X
On vit tarir tout d'un coup les principales sources de la charité , FLÉCH. , Lamoignon.
Les campagnes sont en friche.... le commerce tarit , FÉN. , Tél. XI
La vieillesse languissante et ennemie des plaisirs.... fait tarir dans ton coeur la source de la joie , FÉN. , ib. XIX. Ne point tarir sur un sujet, en parler sans cesse, y revenir souvent.
Les hommes ne tarissent point en sots raisonnements sur les affaires présentes , MAINTENON , Lett. à Mme la marquise de Dangeau, 11 juin, t. VII, p. 64, dans POUGENS.
On m'assure qu'il ne tarit point sur vos louanges , MAINTENON , Lett. au cardinal de Noailles, 25 déc. 1695
Tandis qu'une âme juste.... ne peut tarir sur les récits de ses faiblesses , MASS. , Carême, Confession.
Absolument. Il ne tarit point, il parle sans cesse de l'objet dont il s'agit.
Le petit abbé y sera avec ses contes ; je ne sais où il les prend, mais il ne tarit point , DIDER. , Lett. à Mlle Voland, 26 sept. 1762
L'entretien tarit, on n'a plus rien à se dire, on ne sait que se dire.
Ce n'était pas que l'entretien tarît entre nous, et qu'elle parût s'ennuyer dans nos promenades , J. J. ROUSS. , Conf. IX
La conversation des amis ne tarit jamais, disent-ils , J. J. ROUSS. , Hél. v, 3
4Se tarir, v. réfl. Devenir à sec, cesser de couler. Cette source s'est tarie.
Il y a encore une autre espèce de larmes qui n'ont que de petites sources, qui coulent et se tarissent facilement , LA ROCHEFOUC. , Réfl. mor. n° 133
XIIIe s.
Tout entour point l'erbe menue Qui vient pour l'iaue espesse etdrue, Et en iver ne puet morir, Ne que l'iaue ne puet tarir , la Rose, 1544
Et jamais n'est tarie Ma dolors ne garie , RUTEB. , Théoph.
XVIe s.
Les fonteines tarissent de tout point , AMYOT , Cam. 5
L'on y void continuellement de nouveaux jettons qui poussent et croissent, et des vieux qui tarissent et meurent , O. DE SERRES , 564
Pour vous l'air se corrompe et le feu s'amortisse, La terr se desseiche, et la mer se tarisse , DU BELLAY , III, 74, recto.
Et disoit on, s'il [l'empereur Julien] eust gaigné la victoire contre les Parthes, qu'il eust faict tarir la race des boeufs au monde, pour satisfaire à ses sacrifices , MONT. , III, 83
Berry, tairir, térir ; provenç. tarir ; de l'anc. haut-allem. tharrjan, dessécher.