TARGUER

Prononciation : tar-ghé
Nature : v. a.

Se prévaloir, tirer avantage avec ostentation.
Certes, vous vous targuez d'un bien faible avantage , MOL. , Mis. III, 5
Combien de soi-disant chevaliers et marquis Se targuent follement de noblesse à Paris ! , HAUTEROCHE , Deuil, sc. 4
Malgré le prétendu zèle pour moi dont Grimm se targuait au dehors , J. J. ROUSS. , Conf. IX
M. Linguet a commencé par se targuer de l'arrêt rendu en sa faveur , BACHAUMONT , Mém. secr. t. XXXIV, p. 135
L'univers est un temple où l'on voit l'injustice Se targuer sur l'autel, un sceptre dans la main , GILB. , Quarts d'heure de misanthr.
XIIIe s.
Honte fiert, mais el se targe Si resnablement de sa targe, Qu'onques li cop ne li greva , la Rose, 15679
XIVe s.
L'exposant sacha [tira] son coustel pour soy defendre, dont il se targa par pluseurs foiz et brisa pluseurs cops de coustel à lui gettez par Garin , DU CANGE , targa.
XVe s.
Barons et chevaliers de Bretaigne, rebellans au duc, lesquels ne veulent obeir à leur seigneur.... se targent du roi de France , FROISS. , II, p. 92, dans LACURNE
Les dictes deux galées qui aux deux lez la targerent [celle du capitaine].... , Bouciq. II, 26
XVIe s.
Afin qu'il [le nom de Henri] me serve de defense et sauvegarde pour me targuer et prevaloir contre les langues des envieux , PARÉ , Déd.
.... Qui tient loisible tout ce qu'il luy plaist, qui ose tout ce qu'il estime loisible, et qui en tout ce qu'il ose se targue toutefois contre la revenche pour.... , M. DU BELL. , 499
Cette maniere de se targer et couvrir [faire la tortue] estoit composée ne plus ne moins que sont les tuiles arrangées sur la couverture d'une maison , AMYOT , Anton. 57
Il [mon courage] est comme nature me le forgea, et se targue pour le conflict, d'une marche populaire et commune , MONT. , IV, 195
Targe ; provenç. targar. Le sens propre est se couvrir d'une targe, et fig. se faire fort, prendre avantage.