TARGE

Prononciation : tar-j'
Nature : s. f.

1Espèce de bouclier.
Le mot de targe, dans les anciens écrivains, semble appliqué indifféremment à tous les boucliers ; dans le XVe siècle, il paraît désigner plus spécialement celui que portaient les hommes d'armes et les archers ; la targe variait de forme suivant les pays ; la targe allemande était généralement carrée, à surface concave, portant quelquefois à l'un de ses angles une échancrure pour passer la lance , M. O. PENGUILLY , L'HARIDON, Catal. du Musée d'artill.
2Monnaie des ducs de Bretagne, qui portait au revers l'image d'un bouclier. 3Terme d'horticulture. Dans les compartiments d'un parterre, ornement qui a la forme d'un croissant arrondi par ses extrémités. XIe s.
Lor targes roées [ornées de ronds] , Ch. de Rol. CCLX
XIIIe s.
Et avint un jour que li rois Richars aloit remirant le castiel une targe devant lui , Chr. de Rains, p. 79
Il avoit bien trois cens nageurs en sa galie, et à chascun de ses nageurs avoit une targe de ses armes , JOINV. , 215
XVe s.
La targe au col, le glaive au poing , FROISS. , I, I, 99
XVIe s.
Ses hommes d'armes à pied, couverts de grands targes d'airain doré , RAB. , Sciomachie.
Leurs targues à la mode du pays , D'AUB. , Hist. II, 321
Il n'a escu ni targe , COTGRAVE ,
Provenç. tarja, targua ; anc. cat. darga ; espagn. tarja, adarga ; portug. adarga ; du germanique : anglo-sax. targe ; anc. scandin. targa ; anc. h. allem. zarga. La forme adarga s'explique par l'arabe al daragah, bouclier de cuir.