TARER

Prononciation : ta-ré
Nature : v. a.

1Causer de la tare, du déchet, gâter, corrompre. L'humidité a taré ces marchandises. Fig. Tarer la réputation de quelqu'un, y porter atteinte.
Afin que la France ne soit point tarée d'en avoir reçu [un monstre], nourri et fomenté un si difforme et ridicule [la rose-croix] , NAUDÉ , Rosecroix, X, I
2Peser un vase, un baril vide, afin qu'après l'avoir rempli on sache le poids de ce qu'on y a mis. 3Se tarer, v. réfl. Devenir gâté. Ces fruits se tarent. XVIe s.
Un medecin, qui, pour mieux cognoistre quelz sont les corps sains et nets, les compareroit aux gastez et tarez , AMYOT , Lyc. 5
Les enfans naissent vicieux et defectueux, quand ilz naissent de personnes tarées , AMYOT , ib. 30
L'ambition est un vice fort odieux, duquel Aristides estoit totalement delivré, et Caton fort taré , AMYOT , Arist. et Cat. 11
On mettoit en religion les femmes borgnes, bossues, deffaites, folles, tarées , RAB. , Garg. I, 52
Tare 1.