tardivete

Prononciation : tar-di-ve-té
Nature : s. f.

1Terme de jardinage. Croissance tardive.
Il y a des fruits estimables pour leur hâtiveté, et d'autres pour leur tardiveté , LA QUINTINYE , Jardins, dans RICHELET
2Lenteur de mouvement.
Il est chaud à cause de la tardiveté de son cours, DESC., Météor. 4 La tardiveté du mouvement de Saturne , RICHELET , En ce sens, il est vieux ; mais il mérite d'être remis en usage soit pour la bonté du mot en soi, soit d'après l'exemple de Descartes. XVIe s.
Aristides les reprit et blasma à bon esciant de leur negligence et tardivité , AMYOT , Arist. 26
....à cause de la pesanteur et tardifveté de la pituite , PARÉ , XX, 20
Regarde sa tardiveté [de la gravelle] ; il [ce mal] n'incommode et occupe que la saison de la vie qui, ainsi comme ainsin, est meshuy perdue et sterile , MONT. , IV, 27
Tardif. Le XVIe siècle disait aussi tardité. TARDIVETÉ. Ajoutez : - REM. On trouve aussi tardivité.
Et attendu la tardivité des offres, condamne la compagnie défenderesse aux dépens jusqu'au jour des offres, Jugem. du Trib. de comm. de la Seine du 20 août , Gaz. des Trib. 5 sept. 1873, p. 854, 3e col.
Tardivité n'est guère usité.
Ajoutez : XIIe s.
À moi semblet utlement [utilement] moi nient avoir entendut les choses cui tu avoies dites, quant de la moie tardiveteit tant criut [s'allongea] la tue expositions , Dial. de saint Gregoire, II, 35, dans POUGENS, Archéol. franç. t. II, p. 232