TAPISSER

Prononciation : ta-pi-sé
Nature : v. a.

1Revêtir, orner de tapisseries les murailles d'une chambre, d'une salle, etc. Tapisser un salon. Les rues étaient tapissées. Tapisser un appartement à neuf. 2Par extension, il se dit de tout ce qui revêt ou couvre les murs d'un appartement. Tapisser une chambre de papier peint. Les fidèles viennent tapisser de leurs offrandes les murs de la chapelle. On dit aussi : Ce mur, ce coin de rue est tapissé d'affiches. 3Par une autre extension, il se dit de ce qui revêt, recouvre une surface. Le printemps tapisse de fleurs les gazons. La membrane séreuse qui tapisse les parois thoraciques.
Elle [la grotte] était tapissée d'une jeune vigne, qui étendait ses branches souples également de tous côtés , FÉN. , Tél. I
4V. n. Faire de la tapisserie à l'aiguille.
Au reste elle n'avait au monde sa pareille à manier un canevas, Filait mieux que Clothon, brodait mieux que Pallas, Tapissait mieux qu'Arachne.... , LA FONT. , Coupe.
5Se tapisser, v. réfl. Être tapissé. Les prairies se tapissent de fleurs. XVIe s.
Et que Flora, qui de tous biens est playne, Voyst [aille] tapissant de flourettes meslées , J. LEMAIRE , Épît. de l'amant vert.
Un eschafauld.... royalement tapissé et orné de fleurs et de parfums , MONT. , II, 35
Un siege plus bas, tappissé, pour les gentilshommes , CARLOIX , IV ; 20
Tapis.