TAPE

Prononciation : ta-p'
Nature : s. f.

Coup de la main.
Elle [la princesse d'Harcourt] prit une femme de chambre forte et robuste, à qui elle distribua force tapes et soufflets , SAINT-SIMON , 113, 235
Est-ce ici la journée des tapes ? , BEAUMARCH. , Mar. de Figaro, v, 8
Quand ça vous a donné une tape, en riant d'un gros air bête , TH. LECLERCQ , Proverb. t. II, p. 249, dans POUGENS Fig.
Vous ne me dites rien.... de l'évêque limousin qui va succéder dans l'Académie à.... et qui aura sa tape s'il pompignanise [est partisan de Lefranc de Pompignan] , VOLT. , Lett. Thiriot, 8 août 1760
XVe s.
Et se laïens [dans la maison] il avient tel [dégât], Que bien j'en ai [moi chien] toutes les tapes , FROISS. , Cheval et levrier.
Voy. TAPER 1. 1Bouchon de linge à l'aide duquel on ferme le trou pratiqué à la pointe d'une forme à sucre. 2Bâton qui bouche le fond de la cuve du brasseur. 3Terme de marine. Bouchon de bois ou de liége dont on se sert pour fermer la bouche d'une pièce d'artillerie, un écubier ou le nable d'une embarcation. Voy. TAPER 2. 2. TAPE. Ajoutez : 4Bâillon qui était employé sur les galères.
Tape en bouche, commandement qui se faisait lorsqu'on voulait s'assurer du silence des chiourmes , E. SUE , la Marine française