TALONNER

Prononciation : ta-lo-né
Nature : v. a.

1Suivre de près, marcher sur les talons.
Talonne un président, suis-le comme un valet , RÉGNIER , Sat. XVI
Et le troisième Diorès Qui le talonne de si près [à la course] , SCARR. , Virg. v.
Tu me talonnes quand je sors, Tu m'attends quand je me retire, Tu me poursuis jusques aux bains , J. B. ROUSS. , Épigr. III, 27
Il la poursuit, la talonne, l'atteint , J. J. ROUSS. , Ém. v.
2Poursuivre de près.
De même qu'un lion que vingt chasseurs talonnent , TRISTAN , M. de Chrispe, I, 3
Dans la nécessité ou de forcer ce gué, ou de combattre avec un grand désavantage Philippe, qui le talonnait de fort près , SAINT-FOIX , Ess. Paris, Oeuv. t. v, p. 103, dans POUGENS
3Frapper du talon, de l'éperon.
Monte un cheval de bois.... Talonne le genet , RÉGNIER , Sat. v.
4Fig. Presser vivement, jusqu'à l'importunité.
Il y a plus de cinq ou six mois que les imprimeurs me talonnent de telle sorte que tout ce que je puis faire ne va pas à revoir les feuilles de la première édition , BAYLE , Lettres, p. 790, dans POUGENS
George, que tous les jours maint créancier talonne , DU CERCEAU , Poés. Épigr. 29
Me talonnant sans cesse pour expédier les dépêches du roi et des ministres, il les signait en hâte , J. J. ROUSS. , Conf. VII Talonner une femme, lui faire la cour de très près.
....voyant qu'il talonnait Hébé qui toujours s'éloignait , SCARR. , Typh. V
Veuve d'un illustre époux [le maréchal de l'Hôpital], Vous nous la donnez bonne, Quand vous faites les yeux doux à ce pédant [Omer Talon] qui vous talonne , Docum. inéd. sur l'hist. de Fr. Journ. d'Ol. Lefèvre d'Ormesson, t. II, p. 25, note 2
5Fig. Il se dit des choses qui nous serrent de près.
Laissez-moi mon bavolet, avec mon teint fleuri ; je vous laisserai vos cent ans avec la mort qui vous talonne , FÉN. , t. XIX, p. 4
Sans les soixante-dix-huit ans qui me talonnent , VOLT. , Lett. Catherine II, 22 janv. 1770
6Fig. Il se dit de ce qui presse, tourmente.
Les malheurs qu'elle avait prévus de si loin, commençaient à la talonner, et de toutes parts elle craignait des embûches , VOIT. , Hist. Alcidalis.
Un homme, lequel se disant frère de la rose-croix, vous aurait prédit, il y a dix ou douze ans, quelque grand malheur talonner la France , NAUDÉ , Rosecroix, VII, 4
Tant la frayeur les talonnait , SCARR. , Virg. II
Que faites-vous dehors, et quel soin vous talonne, Vous à qui je défends de parler à personne ? , MOL. , l'Ét. I, 4
Pressé par la faim qui me talonnait , J. J. ROUSS. , Conf. II
7V. n. Terme de marine. En parlant d'un bâtiment, toucher le fond de la mer de l'extrémité de la quille. Le navire a talonné en franchissant la barre. XVIe s.
Si la fortune cruelle Et la mort continuelle Me talonnent pas à pas , DU BELLAY , III, 86, recto.
Cette troupe estoit talonnée [suivie, soutenue] de deux bataillons de piques , D'AUB. , Hist. I, 141
La conclusion du conseil fut de battre l'estrade, et tallonner [harasser] tant que l'on pourroit les Albanois.... , CARL , v, 9
Son asne talonnoit le bon vieillard Silene , RONS. , 911
Talon. TALONNER. - HIST. XVIe s.
Je suis Jesus, lequel tu persecutes ; il t'est dur de talonner [regimber] contre l'aguillon , Act. IX, 5, Nouv. Test. éd. Lefebvre d'Étaples, Paris, 1525