TALMUD

Prononciation : tal-mud ; on fait sonner le d
Nature : s. m.

Ancien recueil des lois, des coutumes, des traditions et des opinions des Juifs compilées par leurs docteurs (on met un T majuscule). Le Talmud de Jérusalem. Le Talmud de Babylone, qui est le plus estimé.
Ils ont un livre qu'ils nomment Talmud, c'est-à-dire doctrine, qu'ils ne respectent pas moins que l'Écriture elle-même ; c'est un ramas des traités et des sentences de leurs anciens maîtres , BOSSUET , Hist. II, 8
Le Talmud contient un million de fables, toutes plus impertinentes les unes que les autres , HUET , Orig. des romans, p. 37, dans POUGENS
Il y a des chrétiens qui, à l'imitation des juifs, regardent le Talmud comme une mine abondante d'où l'on peut tirer des trésors infinis , DIDER. , Opin. des anc. phil. (Juifs). Se dit absolument du Talmud de Babylone.
Le Talmud de Babylone a été terminé l'année même de la mort de Rabina, chef de l'école de Sura, et mort l'an 500 ; quelques-uns de ses collaborateurs lui ont survécu, notamment le rabbin Achaï, mort en 506 ; ce qui a pu faire penser que la clôture définitive de cet ouvrage a eu lieu en cette dernière année , LE GRAND RABBIN ULMANN , dans LEGOARANT
Hébreu, talmud, du verbe lamad, apprendre.