TAILLADE

Prononciation : ta-lla-d', ll mouillées, et non taya-d'
Nature : s. f.

1Coupure, entaille dans les chairs. On lui a fait de grandes taillades au visage. 2Coupures en long qu'on fait dans de l'étoffe, dans des habits.
Les dames portaient vertugade, Les chevaliers collet monté, Pourpoint de satin à taillade, Et longues dagues au côté , CHAUL. , Épître au nom de M. le duc à Mme la duch. du Maine, 27 mai 1702
3Incision faite à un arbre.
On en pratique deux autres [incisions] semblables du côté du nord [au tronc de l'érable] ; ces quatre taillades sont creusées, à mesure que l'arbre donne sa séve, jusqu'à la profondeur de deux pouces et demi , CHATEAUBR. , Amér. Récolte du sucre d'érable
4Sorte d'épée tranchante autrefois en usage. XVe s.
Guillaume des Jardins, qui tenoit une tailade toute nue en ses mains, frappa Denisot.... , DU CANGE , taillada.
XVIe s.
Les bestes appellées insectes, pource qu'elles ont des incisions, taillades ou descouppures par dessus le dos ou par dessous , PARÉ , Animaux, 8
Aucuns au lieu des anneaux ne font qu'une taillade au groin du pourceau , O. DE SERRES , 337
En ce disant, il donna trois coups d'un traict : il s'advance pour donner une taillade, soudain tire une estocade, puis un revers , MERLIN COCAÏE , t. II, p. 232, dans LACURNE
Tailler ; provenç. talhada, taillada ; espagn. tajada ; ital. tagliata.