taciturnite

Prononciation : ta-si-tur-ni-té
Nature : s. f.

1Humeur d'une personne taciturne.
Tant ce grand homme avait de flegme, et une taciturnité proportionnée à sa taille , SCARR. , Rom. com. II, 17
C'est beaucoup qu'il sorte quelquefois de ses méditations et de sa taciturnité pour contredire, et que, même pour critiquer, il daigne une fois le jour avoir de l'esprit , LA BRUY. , V Terme de pathologie. Silence prolongé et morbide, un symptôme des affections nerveuses, et surtout de la mélancolie.
2Silence que l'on garde.
M. Sidrac, qui avait jusque-là gardé le silence, parce que MM. Goudman et Grou avaient toujours parlé, sortit enfin de sa taciturnité , VOLT. , Oreilles, 6
Faut-il s'étonner si la taciturnité qu'ils [les maris] voient régner chez eux les en chasse ? , J. J. ROUSS. , Ém. v. Fig.
Frappés d'étonnement à la vue de cette grande solitude [Moscou déserte], ils [les soldats français] répondaient à l'imposante taciturnité de cette Thèbes moderne par un silence aussi solennel , SÉGUR , Hist. de Nap. VIII, 5
XVe s.
Afin que les simples.... ne fussent pas escandalizés par sa taciturnité [de saint Paul] , Intern. consol. II, 36
XVIe s.
Taciturnité , AMYOT , Fab. 2
Provenç. taciturnitat ; espagn. taciturnidad ; ital. taciturnità ; du lat. taciturnitatem, de taciturnus, taciturne.