tetiere

Prononciation : tê-tiè-r'
Nature : s. f.

1Coiffure du haut de la tête.
[Peau de lion] Dont la têtière en morion Était ajustée à la sienne , SCARR. , Virg. VII Partie de la robe du chartreux qui couvre la tête.
2Petite coiffe de toile qu'on met aux enfants nouveau-nés.
On assujétit la tête même [de l'enfant] par des têtières ; il semble qu'on a peur qu'il n'ait l'air d'être en vie , J. J. ROUSS. , Ém. I
3Partie de la bride d'un cheval qui est appliquée sur la tête et qui sert à supporter le mors. 4Bois qu'on met en tête des pages en faisant l'imposition d'une forme typographique. 5Terme de marine. Cordage cousu au bord supérieur d'une voile ; cette ralingue, comme les autres, est prise pour fortifier la voile dont les laizes tendraient à se désunir sous l'effort du vent, JAL. 6Bois qui soutient la tête des plis d'un soufflet d'orgues. Terme de métallurgie. Têtière d'un soufflet, masse du fût où est le centre d'oscillation. XIIIe s.
Et li chevaus deit estre covers de covertures de fer, et aveir une testiere de fer, et, en mi la testiere, une broche tel come celle de l'escu , Ass. de Jérus. I, 170
XVIe s.
Testiere ou salade , ROB. , EST. Dict.
Ils l'emmenerent tout boiteux, la teste passée dans la testiere du caparaçon , D'AUB. , Faen. II, 18
Tête (voy. ce mot) ; provenç. et ital. testiera. TÊTIÈRE. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
Ces tros de lance et ces testieres Et ces armes et ces crupieres , Perceval le Gallois, V. 6501