tete-beche

Prononciation : tê-te-bê-ch'
Nature : loc. adv.

Se dit de deux personnes, de deux choses posées, couchées de manière que la tête de l'une réponde aux pieds de l'autre. Ils étaient dans le même lit, mais couchés tête-bêche. Il y a un jeu d'enfants dans lequel les deux joueurs se tiennent tête-bêche ou à tête-bêche. Norm. bêquevéché, en sens inverse. Cette locution est composée de tête et d'une corruption de bechevet qui signifie chevet, tête à rebours, du préfixe bes (voy. bes....), et chevet, diminutif de chef, tête (voy. CHEVET).
Dans cette locution, tête est un pléonasme introduit parce qu'on n'entendait plus suffisamment le mot bechevet, qui au XVIe siècle était usité tout seul : Les escuiers, avec chascun un poignard au poing, faisoient parler le galland par-dessus leurs jambes appuiées à la muraille de l'autre costé, et aux deux à bechevet ; encores contraignirent-ils leur maistre d'avoir une espée courte à la main, aiant vestu un pourpoint maillé , D'AUB. , Hist. Il, 420
Là dessus furent envoiés les cardinaux du Perron et Ossat, lesquels, s'estans trainez de genoux, se coucherent de leur long la face en bas, et, comme l'on dit, à be-chevet , D'AUB. , ib. III, 431 Dans les jeux de Gargantua (RAB. I, 22), on trouve : à teste bechevel. Burgaud Desmarets et Rathery, dans leur note, disent que ce jeu consiste à faire deviner si deux épingles qu'on cache dans sa main sont placées tête-bêche, ou dans le même sens.