terebenthine

Prononciation : té-ré-ban-ti-n'
Nature : s. f.

1Nom collectif des résines liquides, qui sont des sucs odorants, demi-liquides et glutineux découlant d'arbres de la famille des conifères et de celle des térébinthacées. Térébenthine de Chio, celle qui vient du térébinthe. Térébenthine de Venise, celle qui est fournie par le mélèze ; on la nomme gomme d'Orenbourg, dans le nord de l'Europe. Térébenthine commune de Bordeaux, de France, de Strasbourg, celle qui provient des pinus piceu et maritima. Térébenthine de la Mecque, de Judée, de Gilead ou du Caire, térébenthine qu'on obtient par incision de l'écorce des balsamodendron opobalsamum et gileadense, Kunth, famille des térébinthacées burséracées. Térébenthine cuite ; on la prépare en faisant bouillir la térébenthine de Venise dans de l'eau, et arrêtant l'opération lorsqu'un peu de cette résine, jetée dans de l'eau froide, y prend une consistance plastique. Térébenthine liquide ou de soleil, celle qui a été épurée par le tamisage ; térébenthine compacte, celle qui est obtenue en faisant fondre la résine molle après en avoir retiré la térébenthine de soleil. Essence de térébenthine, liquide incolore, plus léger que l'eau, d'une odeur forte et désagréable, qui diminue sensiblement par des distillations réitérées et se rapproche alors de celle du citron.
L'essence de térébenthine noircit les couleurs, gâte l'effet du tableau, et en rend la touche aride , DIDER. , Peint. en cire, Oeuv. t. XV, p. 354, dans POUGENS
2Champignon malfaisant du genre agaric. XIVe s.
Une once de terebentine blanche , LANFRANC , f° 10, verso.
Génev. turbentine ; provenç. terebertina, terbentina ; espagn. trementina ; portug. termentina ; ital. trementina ; du lat. terebinthina, de terebinthus, térébinthe.