temerairement

Prononciation : té-mé-rê-re-man
Nature : adv.

1D'une manière téméraire. Se jeter témérairement dans le péril.
C'est en vérité, pour des gens qui ne parlent que de l'Écriture, se jouer trop témérairement de ses oracles , BOSSUET , Var. XIII, 35
Je crains de me flatter trop témérairement , FAGAN , Rendez-vous, sc. 13
2Au hasard, inconsidérément. Le plus souvent, ceux qui savent le moins.
Sont témérairement et juges et témoins , RÉGNIER , Sat. X
La raison a été obligée de céder, et la plus sage prend pour ses principes ceux que l'imagination des hommes a témérairement introduits en chaque lieu , PASC. , Pens. III, 3, édit. HAVET.
Ce n'était pas [attribuer un meurtre] juger témérairement du duc de Glocester ; ce prince était un monstre né pour commettre de sang-froid tous les crimes , VOLT. , Moeurs, 117
3Dans le langage juridique. Contre droit et raison. Pour avoir méchamment et témérairement avancé, se disait quelquefois dans des arrêts qui condamnaient à une amende honorable. XVIe s.
Là où il semble advis que le monde soit temerairement tourné dessus et dessous, il repute que Dieu y besongne à le conduire , CALV. , Inst. 155
Téméraire, et le suffixe ment.