SYNCOPER

Prononciation : sin-ko-pé
Nature : v. a.

1Faire une syncope sur un mot.
Il syncope les mots, quand il plaît à l'oreille , MARMONTEL , Oeuvr. t. x, p. 194 Syncoper une lettre, la retrancher. Dans les vers, quelques typographes syncopent tous les e muets précédés d'une voyelle, écrivant j'avoûrai, nous loûrons, enjoûment, etc. au lieu de j'avouerai, nous louerons, enjouement, etc.
2Par extension, abréger.
Ces scélérats la firent mettre [une lettre] dans tous les papiers publics, en la tronquant et la syncopant , Papiers saisis à Bareuth, p. 205
3V. n. Terme de musique. Faire une syncope. Plusieurs notes syncopent dans cet air. 4V. a. Familièrement. Faire tomber dans la stupéfaction, dans une sorte de syncope. Cette nouvelle m'a syncopé. 5Dans un langage presque burlesque, se syncoper, v. réfl. Tomber en faiblesse, en syncope. C'est une femme qui se syncope pour des riens. Syncope. Il y avait dans le XVIe siècle syncoper, syncopiser, avec le sens de tomber en syncope.