SUSCITER

Prononciation : su-ssi-té
Nature : v. a.

1Faire naître, faire paraître dans un certain temps, en parlant des hommes extraordinaires que Dieu pousse.
Il est temps que Dieu suscite des disciples au docteur de la grâce , PASC. , Prov. II
L'impiété s'augmente, et Dieu suscite en Orient un roi plus superbe et plus redoutable que tous ceux qui avaient paru jusqu'alors, c'est Nabuchodonosor , BOSSUET , Hist. II, 4
L'expérience nous apprend encore que Dieu suscite de temps en temps des femmes fortes qu'il élève au-dessus des faiblesses ordinaires de la nature , FLÉCH. , Mme de Mont.
Ces hommes célèbres par leurs lumières que Dieu suscite dans les besoins de son Église , MASS. , Carême, Mélange. Il se dit des choses en un sens analogue.
Dans le temps de ces royaumes, le Dieu du ciel suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit , SACI , Bible, Daniel, II, 44
Ils [les hommes pieux qui s'irritent contre les obstacles à la piété] croient rendre service à Dieu en murmurant contre les empêchements, comme si c'était une autre puissance qui suscitât leur piété et une autre qui donnât vigueur à ceux qui s'y opposent , PASC. , Lett. à M. Périer, 1661
Dieu suscita le bras du puissant Saladin , VOLT. , Zaïre, I, 2
En termes de l'Écriture, susciter lignée à son frère, faire revivre le nom de son frère mort sans postérité, en épousant sa veuve ; ce qui était d'usage chez les Juifs.
La femme du mort n'en épousera point d'autre que le frère de son mari, qui la prendra pour femme et suscitera des enfants à son frère , SACI , Bible, Deutéron. XXV, 5
2En un sens défavorable, faire naître ce qui peut nuire, troubler, accabler.
Va, dangereux ami que l'enfer me suscite, Ton damnable artifice en vain me sollicite , CORN. , Théod. v, 3
Achaz, roi de Juda, impie et méchant.... au lieu de recourir à Dieu qui lui suscitait ces ennemis pour le punir , BOSSUET , Hist. I, 7
Les prières séditieuses, par lesquelles nous avons vu qu'il [Luther] savait si bien animer le monde, et susciter des exécuteurs à ses prophéties , BOSSUET , Var. x, 54
En profanant par le péché le sang de Jésus-Christ, et en le suscitant contre nous , BOURDAL. , Exhort. sur le Jugem. du peuple contre J. C. t. II, p. 58
Molière eut des ennemis cruels, surtout les mauvais auteurs du temps, leurs protecteurs et leurs cabales : ils suscitèrent contre lui les dévots , VOLT. , Vie de Molière.
Diderot me suscita quelque tracasserie , J. J. ROUSS. , Confess. IX
Les ennemis de Périclès l'accusèrent de l'avoir suscitée [la guerre du Péloponnèse] , BARTHÉL. , Anach. Introd. part. 2, sect. 3 On dit à peu près dans le même sens : Sa gloire, son mérite lui a suscité bien des envieux, etc.
XIIe s.
.... por Dieu, le fil Marie, Qui suscita le mort en Betanie , Raoul de C. 207
XIIIe s.
Après nous les convient giter [les pierres, nous, Deucalion et Pyrrha] Por nos lignages susciter , la Rose, 17836
XIVe s.
Il commença à querre matiere de guerre suscitier , BERCHEURE , f° 14
XVIe s.
Je susciterai sur mes brebis un pasteur, assavoir mon serviteur David , CALV. , Instit. 253
Ses amis allerent enhortant et suscitant le peuple assistant de croire à ce qu'il avoit dit , AMYOT , Solon, 11
Valerius remonstra qu'il seroit trop dangereux de donner occasion et moyen de susciter quelque nouvelleté à une tourbe de peuple pauvre , AMYOT , Public. 3
Susciter à quelqu'un des procès et des querelles , AMYOT , Thém. 8
Eunus, celuy qui suscita le premier la guerre des serfs en la Sicile... , AMYOT , Sylla, 74
Petilius ayant esté suscité par Caton pour luy demander [à Scipion] compte de l'argent... , MONT. , II, 47
Provenç. et espagn. suscitar ; ital. suscitare ; du lat. suscitare, de susum, en haut, et citare, appeler (voy. CITER). SUSCITER. Ajoutez : 3V. réfl. Se susciter, se lever, apparaître.
Que les ombres de nos neveux se suscitent, se forment et se montrent , DIDER. , Lett. IV à Falconet, t. XVIII, p. 116, éd. Assézat.