SURPLIS

Prononciation : sur-plî
Nature : s. m.

Vêtement d'église fait de toile, qui, au lieu de manches, a des espèces d'ailes longues et plissées, et qui va à mi-jambes.
Louis XI demanda au pape le droit de porter le surplis , VOLT. , Moeurs, 94 Cet ecclésiastique porte le surplis dans telle église, il est du clergé de cette paroisse ; se dit ordinairement des jeunes clercs.
XIIe s.
Dunc s'esteit desparé de l'aube senz delai ; En chape e en surpliz remist [resta], car bien le sai , Th. le mart. 37
XIIIe s.
Tybert vesti le scrpeliz, Après est vers l'autel sailliz. , Ren. 21311
XIVe s.
Une cote simple à femme, en un peliçon de paulx de conins, avec le surpeliz dont il estoit envelopez , DU CANGE , superpelicium.
XVe s.
Se poures est, ait de gros drap cotte ; Et, quant il doit porter la hote, Ou faire aucun labour de bras, Ait un surpeliz de bourras, Qui sa robe honneste luy tiengne , E. DESCH. , Poésies mss. f° 518
XVIe s.
Oudart se revesti de suppelliz et d'estolle , RAB. , Pant. IV, 12
Ton Perrot le premier chantera le service En long surpelis blanc, couronné de cyprès , RONS. , 723
Berry, surpelis, surpellis ; provenç. sobrepelitz ; catal. sobrepellis ; espagn. sobrepelliz ; bas-lat. superpellicium, de super, sur, et pellis, peau, parce que, originairement, le surplis se portait sur un vêtement fait de peau.