SURGIR

Prononciation : sur-jir
Nature : v. n.

1Terme de marine. S'élever vers la terre, vers le port, mouiller, jeter l'ancre. Surgir à bon port.
J'ai surgi dans une seconde île déserte plus inconnue, plus charmante que la première , J. J. ROUSS. , Hél. IV, 3 Fig. Surgir au port, atteindre le but de ses voeux.
Ah ! si mon frêle esquif battu par la tempête, Grâce à des vents plus doux, pouvait surgir au port ! , LAMART. , Médit. I, 3
2Il se dit d'une source, d'une eau qui jaillit. La terre fut ébranlée, et l'eau surgit à l'instant. Fig. On a vu tout à coup surgir la réputation de cet écrivain. De nouvelles difficultés surgirent. Il se conjugue avec avoir, quand on veut marquer l'action : la fontaine qui a surgi tout à coup ; avec être, quand on veut marquer l'état : cette fontaine est surgie depuis hier. XIIe s.
Se plaiz sursist d'eglise entre lais u letrez , Th. le mart. 58
XIIIe s.
Les dames sourgent toutes pars, De courroux et d'ire inflammées , Lai d'Ignaurès
XVIe s.
La royne advertie comment en ce port sourgeoit le beau et pompeux convoy de vos vaisseaulx , RAB. , Pant. IV, 36
Le bon marinier, avant surgir du port, fait provision de ce qu'il faut pour resister à la tempeste , CHARRON , Sagesse, p. 330, dans LACURNE
Provenç. sorger, sorzer, sorjir, sorzir ; espagn. surgir ; portug. sordir, surdir ; ital. sorgere ; du lat. surgere, contracté de surrigere, de sursum, en haut, et regere, diriger (voy. RÉGIR). Surgir, qui ne paraît qu'au XVIe siècle, est la forme latine du verbe dont sourdre (voy. ce mot) est la forme française. Dans l'historique, sourgent, sourgeoit appartiennent à sourdre.