SURFAIRE

Prononciation : sur-fê-r'
Nature : v. a.

1Demander un prix trop élevé d'une chose qui est à vendre. Surfaire sa marchandise. Fig.
Nous avons un si violent penchant à surfaire nos qualités et à diminuer nos défauts.... , DIDER. , Lett. sur les aveugles.
Se surfaire quelque chose, le surfaire à soi.
La vertu a perdu de son prix pour celui qui se surfait celui de la vie , DIDER. , Cl. et Nér. II, 1
Absolument.
Non, en conscience, vous en paierez cela ; je vous parle sincèrement, et ne suis pas homme à surfaire , MOL. , Méd. malgré lui, I, 6
2Évaluer trop haut.
Si vous avez fait tout cela pour deux mille écus, vous avez bien économisé. - Vous ne surfaites que de deux mille écus ; car il ne m'en a rien coûté , J. J. ROUSS. , Hél. IV, 11 Fig. Estimer trop, en parlant d'une personne, vanter au delà des mérites. C'est un homme qu'on a beaucoup surfait.
XVIe s.
La blanchée n'en vault que ung pinart, et tu nous surfaictz icy les vivres ! , RAB. , Pant. II, 30
Sur 1, et faire ; wallon, sorfé, surfé. En provençal, sobrefait veut dire haut fait.