SURCHARGE

Prononciation : sur-char-j'
Nature : s. f.

1Nouvelle charge ajoutée à une autre. Prendre en surcharge. Ce cheval est assez chargé, il ne lui faut pas de surcharge. 2Il se dit des bagages excédant le poids qui est alloué à chaque voyageur. Voire caisse pèse quarante kilogrammes ; vous en avez dix de surcharge. 3Terme de turf. Surplus de poids imposé aux chevaux qui ont déjà gagné des prix d'une certaine valeur. 4Surcroît d'impôts.
Le peuple est désespéré entre la nécessité de payer de peur des exactions, et le danger de payer de peur des surcharges , MONTESQ. , Esp. XIII, 18
5Il se dit d'un excès d'humeurs dans le corps.
Ils [les phoques] ont une quantité de sang prodigieuse ; et, comme ils ont aussi une grande surcharge de graisse, ils sont par cette raison d'une nature lourde et pesante , BUFF. , Quadrup. t. VI, p. 294
6Fig. Ce qui est comparé à un poids inutile.
Il n'y a point d'éloquence où il y a surcharge d'idées ; et, sans éloquence, comment peut-on plaire longtemps ? , VOLT. , Lett. Thiriot, 28 mars 1738
7Fig. Surcroît de peines. Il avait de la peine à subsister, et pour surcharge il lui est venu deux enfants. 8Il se dit des mots écrits sur d'autres mots. Il y a dans cette lettre de change une surcharge. 9Terme de maçonnerie. Excès de charge donné à un plancher. Surcroît d'épaisseur d'un enduit. Surélévation d'un mur. XVIe s.
Ce luy fut comme une surcharge de nouvelle frayeur , AMYOT , Marius, 84
Qu'il [le peuple] n'est pas seulement tondu, mais qu'il est escorché par mille surcharges et nouveautez auparavant inconues , LANOUE , 12
Sur 1, et charge. SURCHARGE. Ajoutez : 10Terme du commerce des grains. Sans surcharge, se dit du grain qui n'est pas alourdi par l'humidité.