SUR-ALLER

Prononciation : su-ra-lé
Nature : v. n.

Terme de vénerie. Se dit d'un limier ou d'un chien qui passe sur la voie sans se rabattre et sans rien dire. Il se conjugue avec le verbe être. Se sur-aller, revenir sur ses voies. Pautex a observé justement qu'on ne voit pas pourquoi l'Académie met un tiret à sur-aller, sur-andouiller et sur-arbitre, n'en mettant pas à surmonter, surabondance et surintendant. XVIe s.
Il [un chien].... ne se rabattant que d'un costé, montre que ce sont hautes erres qu'il aura grand peine à dresser, ou que c'est de peur de suraller, selon ce qu'on lui a montré de jeunesse , CHARLES IX , De la chasse, p. 124, dans LACURNE
Sur 1, et aller.