SUPPUTATION

Prononciation : su-pu-ta-sion ; en vers, de cinq syllabes
Nature : s. f.

Action de supputer.
Il n'est plus question, comme vous dites, ma bonne, des supputations que notre amitié nous faisait faire ; c'est un calendrier tout commun qui nous règle présentement , SÉV. , 1er août 1685
Que dans la supputation qu'on fait des années depuis le temps de la création jusqu'à Abraham, il faille.... , BOSSUET , Hist. I, 12
Continuant à faire ma supputation sur la lieue carrée que je me suis proposée pour base de ce système.... , VAUBAN , Dîme, p. 108
Ces messieurs [des joueurs] sont d'une supputation si juste et d'une prudence si consommée dans toutes sortes de jeux, que personne n'oserait se mesurer avec eux, quand même ils joueraient fidèlement , HAMILT. , Gramm. X
Nous avons soixante et dix systèmes sur la supputation des temps ; donc il y a soixante et neuf systèmes erronés, sans qu'on puisse deviner quel est le soixante et dixième véritable , VOLT. , Pol et lég. Frag. hist. sur l'Inde, 7 Fig.
Cette supputation [des péchés véniels ou autres] part d'un coeur qui n'aime point du tout , MASS. , Carême, Fautes légères.
Lat. supputationem, de supputare, supputer.