SUPPOSER

Prononciation : su-pô-zé
Nature : v. a.

1Poser une chose comme établie, comme admise, pour en tirer une conséquence.
L'abbé de Molières suppose une portion de matière au centre de chacun de ces globes, ce que le père Malebranche n'a pas supposé , MAIRAN , Éloges, Molières.
L'auteur suppose tout et ne prouve rien , VOLT. , Lett. de Lisle de Sales, 25 nov. 1770
Quand on suppose dans les définitions ce qu'on se propose de prouver, il n'est pas bien difficile de faire des démonstrations , CONDIL. , Trait. des syst. 10 Supposer que, avec le subjonctif.
Supposons toutefois qu'encor fidèle et pure, Sa vertu de ce choc revienne sans blessure , BOILEAU , Sat. x
Supposer que, avec l'indicatif.
Supposons que l'esprit de l'homme est comme un miroir où les images de tous les corps voisins viennent s'imprimer , FÉN. , Exist. I, 53
Absolument.
En mathématique, on suppose ; en physique, on pose et on établit , BUFF. , Hist. nat. 1er disc.
2Former une conjecture, présumer. Vous me supposez un crédit que je n'ai pas.
Qu'avez-vous dit, madame, et que supposez-vous Pour la faire douter du sort de son époux ? , CORN. , Perthar. I, 4
Qui désigné-je à votre avis Par ce rat si peu secourable ? Un moine ? non, mais un dervis ; Je suppose qu'un moine est toujours charitable , LA FONT. , Fabl. VII, 3
Supposant tout cela vrai, était-ce là l'occasion de le dire ? , J. J. ROUSS. , 9e prom.
Supposez-la sensible, et tout est expliqué , LANOUE , Coq. corrig. III, 1
Lorsque je supposai tous les domestiques profondément endormis, je pris une lanterne sourde.... , GENLIS , Voeux témér. t. I, p. 200, dans POUGENS Supposer de, avec l'infinitif.
Elle [l'âme] est aussi ardente que jamais dans cette recherche [de quelque chose de ferme], et suppose d'avoir les forces nécessaires pour cette conquête , PASC. , Vrai bien, 3, édit. FAUGÈRE
3Alléguer ou produire pour vrai ce qui est faux. Ses ennemis lui supposaient des projets coupables.
L'ingrat Maximin doit seul être accusé Du forfait qu'à Licine il avait supposé , TH. CORN. , Maxim. v, 1
Mithridate, dans la lettre qu'il écrivit à Arsace, roi des Parthes, accuse les Romains d'avoir supposé un faux testament d'Attale, pour frustrer Aristonic, fils d'Eumène, du royaume de son père , ROLLIN , Hist. anc. Oeuvr. t. IX, p. 357
Mme Oronte : Un galant homme doit-il supposer des lettres ? - Valère : Supposer ? moi, madame ? , LESAGE , Crispin riv. de son maître, sc. 21
Il [Voltaire] prétend dans ses notes [sur la pièce du Triumvirat] que la conspiration de Cinna n'a jamais existé, que cette aventure est supposée par Sénèque, et qu'il l'inventa pour en faire un sujet de déclamation , VOLT. , Lett. d'Argental, 12 mai 1766 Supposer à quelqu'un une pièce, la lui attribuer faussement (emploi vieilli).
Les ennemis qu'il avait à la cour, tramant sa ruine par le moyen de quelques lettres qu'ils lui supposèrent, donnèrent de violents soupçons à l'empereur qu'il formait une conspiration contre lui , MÉZER. , Hist. de Fr. av. Clovis, III, 4
Les jésuites qui, pour se donner la liberté de le déchirer [un écrit], sans paraître toutefois offenser nos personnes, disent qu'ils ne le considèrent pas comme venant de nous, mais comme une pièce qu'on nous suppose , PASC. , 2e factum pour les curés de Paris
On doute justement si tous les écrits qui portent le nom d'Hippocrate sont en effet de lui ; plus justement encore quels sont ceux qu'on lui a supposés , PELLISSON , Mém. pour les gens de lettres, II
Supposer quelque chose à quelqu'un, le lui dire mensongèrement (emploi vieilli).
Honteux qu'un homme seul eût triomphé de trois, Qu'il en eût tué deux et mis l'autre aux abois, Phorbas nous supposa ce qu'il nous en fit croire, Et parla de brigands.... , CORN. , Oed. III, 2
Il faisait tout ce qu'il pouvait pour retarder l'exécution de cette alliance, jusques à faire intervenir même don Ignigo de Cardenas, ambassadeur d'Espagne, qui supposa à la reine que le roi son maître en désirait le retardement , RICHELIEU , Mém. liv. VI, 1615, dans GODEFROY, Lex. de Corn.
Supposer un enfant, vouloir le faire reconnaître pour fils ou fille de ceux dont il n'est pas né. Il [le mari de Mme de Coligny] la menace qu'on dira.. .
qu'elle a supposé son enfant , SÉV. , 23 fév. 1681
4Il se dit d'une chose qui exige que quelque autre chose soit ou ait été.
La faveur des princes n'exclut pas le mérite, mais elle ne le suppose pas non plus , LA BRUY. , XII
Six cent mille hommes en état de porter les armes supposent une multitude d'environ deux millions, en comptant les vieillards, les femmes et les enfants , VOLT. , Dict. phil. Moïse.
Pierre des Vignes, tant accusé d'avoir fait le prétendu livre des trois imposteurs, ou du moins d'avoir eu des sentiments que le titre du livre suppose , VOLT. , Ann Emp. Frédéric II, 1220
Cela suppose bien de la subtilité dans le renard, bien de la stupidité dans l'outarde, et peut-être encore plus de crédulité dans l'écrivain , BUFF. , Ois. t. III, p. 48
Tout ce raisonnement suppose que l'image qui se trace dans l'oeil à la vue d'un globe, n'est qu'un cercle plat.... , CONDIL. , Conn. hum. sect. 6
5Terme de chasse, se dit du vieux cerf qui, chassé, essaye d'en substituer un autre.
L'animal chargé d'ans, vieux cerf et de dix cors, En suppose un plus jeune et l'oblige par force à présenter aux chiens une nouvelle amorce , LA FONT. , Fabl. x, 1
6Se supposer, v. réfl.
Imaginer qu'on est.... Je me supposerai dans le Lycée ayant les Platon et les Xénophon pour juges , J. J. ROUSS. , Orig.
7Il se dit des choses qui exigent réciproquement qu'elles soient ou qu'elles aient été.
Inquiétudes d'esprit, inégalité d'humeur, inconstance de coeur, incertitude de conduite : tous vices de l'âme, mais différents, et qui, avec tout le rapport qui paraît entre eux, ne se supposent pas toujours l'un l'autre dans un même sujet , LA BRUY. , XI
XIIIe s.
Et cil font vilenie qui le piour [le pire] y glosent, Et qui pour les acteurs [auteurs] le plus sain n'y supposent , J. DE MEUNG , Test. 74
XIVe s.
Souposées les choses qui sont à suposer , H. DE MONDEVILLE , f° 38
Or supposons li rois ait envers toi mespris, à tort t'ait assailli com fel et d'ire espris.... , Girart de Ross. v. 2199
Il n'est nul qui elisist vivre sans amis, supposé que il eust tous les autres biens , ORESME , Éth. 228
Elettion proprement dite suppose deliberaction faite par raison et suppose liberté et prudence , ORESME , ib. 63
XVIe s.
La femme de Philippus l'avoit pris [un enfant] d'une cousturiere natifve d'Argos, incontinent qu'il fut né, et se l'avoit supposé , AMYOT , P. Aem. 13
Quand se vint à la cacheter et y apposer son seau, il supposa dextrement celle qu'il avoit escrite en derriere, et la lui bailla , AMYOT , Lysand. 37
Ils attiltrerent un messager qui apporta des lettres fausses et supposées à Sertorius , AMYOT , Sertor. 39
Il avoit cherché les moyens de se faire supposer à la gloire et aux triomphes des royaumes de Pont et d'Armenie , AMYOT , Pomp. 47
[Les flatteurs] hommes faulx et supposez , AMYOT , Comment élever les enfants, 39
Verbe fait du lat. sub, sous, et du franç. poser, à l'imitation du lat. supponere, qu'ont les autres langues romanes : provenç. supponer ; espagn. suponer ; portug. suppor ; ital. sopporre. SUPPOSER. Ajoutez : 8Substituer.
Elle [l'Iphigénie en Tauride] n'est fondée que sur cette feinte que Diane enleva Iphigénie du sacrifice en une nuée, et supposa une biche en la place , CORN , Rodog. Avertiss.