SUPPLANTER

Prononciation : su-plan-té
Nature : v. a.

1Faire perdre à quelqu'un le crédit, la faveur, l'affection, l'établissement qu'il avait auprès d'une personne, et prendre sa place.
C'est trop de nous supplanter [auprès de nos dames], et de nous supplanter avec nos propres habits , MOL. , Préc. 16
Thémistocle, qui avait formé en lui-même le dessein de supplanter les Lacédémoniens, et de substituer les Athéniens à leur place dans le gouvernement de la Grèce , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. III, p. 289, dans POUGENS
Qu'il s'offre à ce vertueux du siècle une occasion sûre de décréditer un ennemi, ou de supplanter un concurrent ... , MASS. , Pet. carême, Gloire hum.
L'intrigue supplante les plus grands talents ; des hommes souples et bornés s'élèvent aux premières places , MASS. , ib. Écueils, Piété des grands
Elle [Mme de Maintenon] fait venir, de bonne foi, la religion au secours de ses charmes usés, pour supplanter sa bienfaitrice devenue sa rivale , VOLT. , Louis XIV, 27
2Se supplanter, v. réfl. Travailler l'un contre l'autre pour se déposséder réciproquement.
Pour se supplanter, ils [les fils de Nizam, en Inde] eurent recours tour à tour aux armes, aux trahisons, au poison, aux assassinats , RAYNAL , Hist. phil. v, 34
XIIe s.
E tu purceinsis mei de vertut à bataille, e supplantas les esdrechans [ceux qui se dressent] encuntre mei , Liber psalm. p. 21
Guarde mei, sire.... e de feluns humes delivre mei, chi penserent à supplanter les miens pas , ib. p. 217
XIIIe s.
C'est la prescience divine Qui tout set et riens ne devine.... Ne n'a pas por ce sozplanté Pooir de franche volonté , la Rose, 17691
XIVe s.
Qui aucun petitbien emprent, Et s'i commence à delitter, Li poet cils biens tant profiter, Qu'il en het les maus et despite Pour ce bien que en lui abbitte, Qui d'autres biens atrait plenté, Et en sont li mal susplanté , J. DE CONDÉ , t. II, p. 165
XVe s.
Par multitude de ses osts [Alexandre] supplanta la terre, humilia les regions, espoventa les peuples , CHASTEL. , Chr. du duc Philippe, proesme.
XVIe s.
Pour autant qu'il sentoit son desir reprochable, sa passion incurable, et sa raison de tout poinct supplantée, il resolut d'abandonner la vie , AMYOT , Démétr. 52
Si j'avois en ma possession les evenements incogneus, j'en penserois très facilement supplanter les cogneus, en toute espece d'exemples , MONT. , III, 24
Provenç. sosplantar ; espagn. suplantar ; ital. soppiantare ; du lat. supplantare, de sub, sous, et planta, la plante du pied.