subtilite

Prononciation : sub-ti-li-té ; prononcé suttilité au XVIe s. d'après PALSGRAVE, p. 113
Nature : s. f.

1Qualité de ce qui est subtil, ou de celui qui est subtil. La subtilité du poison. La subtilité d'un escamoteur. Subtilité d'esprit.
On dira que je cède à la difficulté, Que je me trouve à bout de ma subtilité , MOL. , l'Ét. III, 1
J'admirai sur ces passages de voir que la piété du roi emploie sa puissance à défendre le duel dans ses États ; et que la piété des jésuites occupe leur subtilité à le permettre et à l'autoriser dans l'Église , PASC. , Prov. VII
Ces découvertes [des satellites] demandent une grande subtilité d'observation et une précision extrême, témoin le P. Rheita, habile d'ailleurs, qui prit de petites étoiles fixes pour de nouveaux satellites de Jupiter , FONTEN. , Cassini.
Il aura le toucher et le goût d'une rudesse extrême, la vue, l'ouïe et l'odorat de la plus grande subtilité ; tel est l'état animal en général , J. J. ROUSS. , Inég. 1re part.
Si des liqueurs grasses, comme l'huile, sont admises dans les vaisseaux de beaucoup de plantes, des liqueurs spiritueuses doivent y avoir un accès bien plus facile à cause de leur subtilité , BONNET , Us. feuilles, 4e mém.
2Ruse dans les affaires. La subtilité en affaires est bien voisine de la friponnerie.
Il [M. le Tellier] s'appliqua à séparer les formalités nécessaires d'avec ces procédures obliques et ces malignes subtilités que l'avarice a introduites dans les affaires , FLÉCH. , le Tellier.
3Raisonnement, distinction subtile et difficile à comprendre.
Ces subtilités admirables qui sont propres à notre compagnie [jésuites], et que nos pères de Flandres appellent de pieuses et saintes finesses et un saint artifice de dévotion , PASC. , Prov. x
.... une conversation d'une après - dînée de chez Gourville, où étaient Mme Scarron et l'abbé Testu, sur les personnes qui ont le goût au-dessus ou au-dessous de leur esprit ; nous nous jetâmes dans des subtilités où nous n'entendions plus rien , Mme DE LA FAYETTE , Lettre à Mme de Sévigné, 4 sept. 1673, dans SÉV. édit. RÉGNIER, t. III, p. 229
Que je hais ta vaine science et ta mauvaise subtilité, âme téméraire, qui prononces si hardiment : le péché que je commets est véniel ! , BOSSUET , Mar.-Thér.
Faisant admirer à cette nation [l'Italie] une judicieuse sincérité qui valait mieux que ses subtilités et ses adresses , FLÉCH. , Duc de Mont.
Une cause qui ne saurait se soutenir que par des équivoques et par de fausses subtilités , BOILEAU , Longin, Sublime, Réflex. 10
Quelquefois ils [les Romains] abusaient de la subtilité des termes de leur langue ; ils détruisirent Carthage, disant qu'ils avaient promis de conserver la cité, et non pas la ville , MONTESQ. , Rom. 6
XIIe s.
La suptiliteit de la deventriene [intérieure] parole , Job, p. 477
XIIIe s.
Lorsque il [saint Jean l'évangéliste] reposa sor le piz [le sein] Jhesu Crist, en but il aussi com d'une fontaine ; ce fu la haute sotilleté de l'evangile , BRUN. LATINI , Trésor, p. 70
Car tex [telles] gens vuelent groses choses Sans grant sottiveté de gloses , la Rose, 17598
Li vins, quand il vint [vient] en le [la] forcele [estomac], par subtilité ne demeure mie tant qu'il soit cuit , ALEBRANT , f° 6
XIVe s.
L'en n'est pas tenu assavoir les difficultés ou subtilités de droit , ORESME , Éth. 73
Par l'ennortement et soutiveté de l'ennemi , Charte, Arch. nation. jj85, p. 151
XVe s.
Comment on pourroit tous les pilotis oster et traire hors par force ou par soubtilleté , FROISS. , I, I, 131
XVIe s.
Les dieux vengerent cette perfide subtilité , MONT. , I, 27
Il avoit échappé mille fois par la subtilité de ses inventions , MONT. , I, 137
La subtilité du renard, la stolidité de l'asne , PARÉ , Anim. 1
Bourg. sutillitai ; prov. sublilitat, sotiledat ; esp. sutilidad ; ital. sottilità ; du lat. subtilitatem, de subtilis, subtil. On disait aussi subtillesse.