SUBTERFUGE

Prononciation : sub-tèr-fu-j'
Nature : s. m.

Moyen détourné et artificieux pour se tirer d'embarras.
L'esprit humain est fertile en détours, en subtilités, en subterfuges , FÉN. , t. XXII, p. 449
La fraude heureuse en subterfuges , J. B. ROUSS. , Épît. I, 1, aux Muses.
Ce roi [Gondebaud] ne laissait aucun subterfuge pour éviter le combat , MONTESQ. , Espr. XXVIII, 26
Tous ces petits subterfuges [à propos des enregistrements au parlement, en 1753] compromettaient la dignité de la couronne , VOLT. , Hist. parl. LXVI
XIIe s.
Que le temporel n'actemptast Au clergié, ne de fait ouvrast Contre luy par nul subtrefuge , E. DESCH. , Poés. mss. f° 466
Je dis toujours la verité, En plaidoyant devant les juges, Mes raisons, mes susterfuges , E. DESCH. , ib. f° 373
XVIe s.
Il court maintenant aux subterfuges de contre accusation, disant.... , M. DE BELLAY , 493
Lat. subterfugium, de subter, par-dessous, et fugere, fuir.