stratageme

Prononciation : stra-ta-jê-m'
Nature : s. m.

1Ruse de guerre. Les Stratagèmes, titre d'un ouvrage de Polyen.
Il employa un stratagème assez extraordinaire dans un combat naval , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. I, p. 500, dans POUGENS
Le premier stratagème relatif à la prise de l'Acro-Corinthe est d'Antigone Gonatas, comme vous l'apprend Plutarque , CLAVIER , Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. IV, p. 86
2Fig. Tour d'adresse, de finesse, de ruse dont on use dans toutes sortes d'affaires.
Les deux accusateurs que lui-même a produits.... Pour me calomnier subornés par lui-même, N'ont pu bien soutenir un si noir stratagème , CORN. , Nicom. III, 8
Me ramassant tout entier en moi-même, J'ai conçu, digéré, produit un stratagème, Devant qui tous les tiens, dont tu fais tant de cas, Doivent, sans contredit, mettre pavillon bas , MOL. , l'Ét. II, 14
Comme la partie n'est pas égale, il faut user de stratagème , MOL. , Festin, II, 10
Vous ressemblez trop à ce frère, pour que je sois plus longtemps la dupe de votre stratagème , LESAGE , Diable boit. 9
XVIe s.
Stratageme, puisque ce mot grec depuis quelque temps a trouvé lieu au langage françois , H. EST. , Apol. St Sébastien.
Je sçay tous les stratagemates et prouesses des vaillans capitaines et champions du temps passé , RAB. , II, 24
Le stratageme, ou la ruse de Charles IX, roy de France, contre les huguenots rebelles à Dieu et à luy , 1574, Arch. cur. de l'Hist. de France, 1re série, t. VII, p. 401
Corruption du grec, action d'un général, ruse de guerre, du grec, armée, proprement camp (venant du grec, étendre), et du grec, conduire.