STAGE

Prononciation : sta-j'
Nature : s. m.

1Résidence que chaque nouveau chanoine doit faire dans son église pendant six mois, pour jouir des honneurs et du revenu attachés à la prébende.
L'abbé de Soubise, sa brillante Sorbonne achevée, alla faire ses stages , SAINT-SIMON , 76, 236
2Espace de temps pendant lequel les avocats sont obligés de fréquenter le barreau avant d'être inscrits sur le tableau. 3Temps d'épreuve dont on doit justifier pour être reconnu apte à certaines professions.
Point de stage chez les décrotteurs ; ils ne demeurent point les bras croisés à voir travailler leurs camarades , MERC. , Tabl. de Paris, ch. 455 Particulièrement, fréquentation obligatoire d'une étude de notaire, d'un hôpital, d'un établissement d'instruction, etc.
XIIe s.
Tel fud l'asise le rei Salomun, que tuz jurz fussent od lui en Jerusalem de ces de Israel vint et quatre milie, e feissent lur estage le meis entier, e puis alassent li un e venissent li altre , Rois, p. 281
Bas-lat. statica, résidence, du lat. stare, être debout (voy. STABLE).