sterilite

Prononciation : sté-ri-li-té
Nature : s. f.

1Qualité de ce qui est stérile.
Les sept années de stérilité vinrent ensuite , SACI , Bible, Genèse, XLI, 54
Dieu, cette année, ayant trompé l'espérance de nos moissons, a frappé la terre de stérilité , BOSSUET , Panég. saint Gorgon, 2
La stérilité des terres rend les hommes industrieux, sobres, endurcis au travail, courageux, propres à la guerre , MONTESQ. , Esp. XVIII, 4 Au plur.
À cette indigence générale et ordinaire de cette province se sont jointes, ces trois dernières années, des grêles et des stérilités qui ont achevé d'accabler les pauvres peuples , MASS. , Lett. au cardin. de Fleury, citée par d'Alembert, Él. de Mass. note 9
2État ou qualité d'une plante qui ne porte pas de graines. 3Impossibilité d'engendrer.
Le Seigneur se souvint aussi de Rachel ; il l'exauça et lui ôta sa stérilité , SACI , Bible, Genèse, XXX, 22
Stérilité régnait en mariage Pendant cet an.... , LA FONT. , Fér.
Son opinion constante [du peuple juif], que la stérilité est un opprobre, l'a conservé , VOLT. , Dict. phil. Juifs.
La stérilité vient plus souvent des femmes que des hommes, lorsqu'il n'y a aucun défaut de conformation à l'extérieur , BUFF. , Hist. nat hom. Oeuv. t. IV, p. 266 Fig.
Mais l'espérance humaine est lasse d'être mère, Et, le sein tout meurtri d'avoir tant allaité, Elle fait son repos de sa stérilité , A. DE MUSS. , Rolla.
4Fig. État de ce qui est improductif. Capitaux frappés de stérilité. 5Fig. État de ce qui ne produit pas. La stérilité d'un siècle en grands hommes. Il y a stérilité de nouvelles, il y a peu ou point de nouvelles.
Il n'est pas croyable quelle stérilité il y a de nouvelles, encore qu'on en attende de divers côtés , PELLISSON , Lettr. hist. t. II, p. 57
6Il se dit du défaut de fécondité intellectuelle. La stérilité d'un auteur. On dit dans un sens analogue : La stérilité d'un sujet.
Il faut suer sans cesse à chercher que lui dire, Et la stérilité de son expression Fait mourir à tout coup la conversation , MOL. , Mis. II, 5
La stérilité de mes lettres ne vous en dégoûte point , SÉV. , 2 oct. 1675
Écrivain froid [Gorgias], tendant au sublime par des efforts qui l'en éloignent, la magnificence de ses expressions ne sert bien souvent qu'à manifester la stérilité de ses idées , BARTHÉL. , Anach. ch. 58
Il y a dans cet ouvrage une grande stérilité de pensée, c'est un ouvrage où il y a peu ou point de pensées.
XIVe s.
L'an ensuivant fut un an de grant sterilité , BERCHEURE , f° 93
XVIe s.
Ne patir vice n'aucune sterilité de savoir liberal et hautain , RABEL. , Pant. v, 20
Provenç. esterelitat, sterilitat ; espagn. esterilidad ; ital. sterilità ; du lat. sterilitatem, de sterilis, stérile.