SPOLIATION

Prononciation : spo-li-a-sion ; en vers, de cinq syllabes
Nature : s. f.

1Action de spolier. Il fut victime d'une infâme spoliation. 2Il se dit des monuments qu'on dépouille.
Quoique, depuis l'adoption du christianisme, les tombeaux des rois et des grands fussent ordinairement dans l'enceinte des monastères.... leur spoliation offrait trop d'appât et de facilité pour ne pas devenir très commune , LEGRAND D'AUSSY , Instit. Mém. scienc. mor. et polit. t. II, p. 453
3Terme d'administration. Soustraction des valeurs que contient une lettre. Le chargement ne prévient que la soustraction des lettres, et ne met pas obstacle à la spoliation des valeurs qu'elles peuvent contenir, Commiss. internat. des postes, p. 43. XVIe s.
Je ne vouloie pas donner occasion de juste action à mon adversaire de spoliation, me mectant en possession du benefice par sa mort [supposée] , BONIVARD , Chron. de Genève, IV, 13
Provenç. expoliatio ; espagn. expoliacion ; ital. spogliagione ; du lat. spoliationem ; de spoliare, spolier.