SPATULE

Prononciation : spa-tu-l' ; Chifflet, Gramm. p. 238, dit espatule
Nature : s. f.

1Instrument de chirurgie et de pharmacie, plat à un bout et arrondi à l'autre, dont on se sert pour remuer ou pour étendre les électuaires, les onguents, les emplâtres, etc. Docteur de la petite spatule, s'est dit jadis pour chirurgien.
Ces docteurs de la petite spatule s'en font merveilleusement accroire, quand les médecins n'y sont point , GUI PATIN , Lett. t. II, p. 433
2Terme de peinture. Instrument pour délayer et broyer les couleurs. 3Terme de peinture et dorure. Outil pour réparer les moulures. 4Terme de métallurgie. Espèce de couteau ou de cuiller plate. Pelle qui sert dans les affineries à jeter les scories et les crasses. 5Terme de marbrier. Outil pour gâcher le plâtre. 6Oiseau de rivage ainsi nommé à cause de la forme de son bec, famille des échassiers.
Les cuillers arrondies du bec de la spatule paraissent propres à ramasser les coquillages , BUFF. , Morc. choisis, p. 260
7Nom donné par les botanistes du XVIe siècle à l'iris fétide. XIVe s.
Quant il [un mélange] sera osté du feu et meu longuement de l'espatule , LANFRANC , f° 10, verso.
XVIe s.
Faut conduire la queue d'une spatule , PARÉ , III, 7
Le bout de l'espatule , ID. , VIII, 3
Lat. spathula, dimin. de spatha (voy. SPATHE).