SOUSCRIRE

Prononciation : sou-skri-r'
Nature : v. a.

1Écrire son nom ou le nom d'un autre au bas d'un acte en marque d'approbation Souscrire un billet, une lettre de change.
Il a été arrêté dans l'assemblée qu'elle [cette bulle] serait souscrite par tous les ecclésiastiques du royaume sans exception , PASC. , Prov. XIX.
Le concile de Trente est souscrit de tout le corps de l'épiscopat et de toute l'Église catholique , BOSSUET , Projet de réunion, Lett. 22
Il [César] porta le mépris [du sénat] jusqu'à faire lui-même les sénatus-consultes ; il les souscrivait du nom des premiers sénateurs qui lui venaient dans l'esprit , MONTESQ. , Rom. 11
Il fallut depuis souscrire cette formule [qui condamnait cinq propositions de Jansénius] , VOLT. , Louis XIV, 37 Par extension, approuver.
Je n'ai pas souscrit le livre de la Sainte Virginité , PASC. , Prov. XVII
Ceux qui refuseront de souscrire le fait seront traités comme s'ils refusaient de souscrire le droit , PASC. , Prov. XIX.
2V. n. Mettre son nom au bas d'un acte (en ce sens il ne se dit qu'en poésie et dans le style élevé).
Sur toutes ces choses, disent-ils, nous-mêmes, ici présents, nous faisons un pacte avec vous, et nous l'écrivons ; et nos lévites et nos prêtres y souscrivent , BOSSUET , Sermons, Rechute, I
Quoi ! l'horreur de souscrire à cet ordre inhumain N'a pas, en le traçant, arrêté votre main ? , RAC. , Iph. IV, 4
Un jour, il m'en souvient, le sénat équitable Vous pressait de souscrire à la mort d'un coupable , RAC. , Brit. IV, 3
3Adhérer, consentir à (en ce sens il veut toujours la préposition à).
Malherbe le disait : j'y souscris, quant à moi , LA FONT. , Fabl. I, 14
Voyez si c'est votre dessein de souscrire à ce mariage , MOL. , l'Avare, V, 6
Pour faire un choix où vous puissiez souscrire , RAC. , Brit. II, 3
Qu'il [Chapelain] soit doux, complaisant, officieux, sincère, On le veut, j'y souscris, et suis prêt de me taire , BOILEAU , Sat. IX
De grands talents, de grandes vertus, de grands efforts n'en feront [de Diogène] qu'un homme singulier ; et je souscrirai toujours au jugement de Platon, qui a dit de lui : c'est Socrate en délire , BARTHÉL. , Anach. ch. 7
4Donner ou s'engager à donner une certaine somme pour quelque entreprise, quelque dépense commune. Il a souscrit pour mille francs. 5Particulièrement, s'engager à prendre un ouvrage aux conditions prescrites, en avançant partie de la somme qui est fixée et continuant de la payer par parties aux termes assignés. Il a souscrit à la nouvelle édition de ce livre.
Par une incroyable habitude, la province souscrit et souscrira pour le Mercure , MERCIER , Tabl. de Par. 300
6Se souscrire, v. réfl.
être souscrit, pris par souscription, L'ardeur avec laquelle se souscrivent aujourd'hui la plupart des emprunts publics , HORN , l'Écon. polit. avant les physiocrates, XIV.
XIVe s.
Nous ne poons pas souzescrire ne seignier la presente chartre pour la penne qui tramble en nostre main pour la maladie , Rec. des hist. de Fr. t. III, p. 299
XVe s.
Je me suis soubsescrit de ma propre main, et si ay scellées du scel de mes armes ces presentes lettres , MONSTREL. , t. I, ch. 9, p. 8, dans LACURNE
XVIe s.
[à ce concile] les prestres de l'Eglise romaine sont assis les derniers, et font leur souscription ; les diacres n'ont pas mesme ce credit de souscrire , CALV. , Instit. 919
Luy seul en accusa plusieurs, et se soubscrivit en compagnie avec d'autres qui en accusoient aussi , AMYOT , Caton, 30
Depuis es decrets qu'il proposa au peuple, il n'y voulut jamais soubscrire [mettre son nom] pour eviter le sinistre presage de son nom , AMYOT , Démosth. 30
L'opinion de ce peuple [de Syracuse], à laquelle l'oracle qui predit sa mort [de Denys l'ancien] sembla aussi aulcunement souscrire , MONT. , III, 35
Provenç sotzescriure ; espagn. subxribir ; ital. soscrivere ; du lat. subscribere, de sub, sous, et scribere, écrire.