SOURCILLER

Prononciation : sour-si-llé, ll mouillées, et non sour-si-yé
Nature : v. n.

Remuer le sourcil en signe d'émotion.
Qu'ils [tes écrits] fassent sourciller les doctes de merveille , RÉGNIER , Sat. IV
Tout le monde sourit et baissa les yeux ; le roi ne sourcilla pas , SAINT-SIMON , 90, 22 Sans sourciller, sans paraître ému, troublé.
Ces messieurs, qui tous étaient amis de Molly [qui venait de se tuer], reçurent la nouvelle sans sourciller , VOLT. , Mél. litt. à M***.
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
XVIe s.
Je serois toujours d'avis qu'on ne doit sourciller contre la venerable ancienneté , PASQUIER , Rech. IX, p. 866, dans LACURNE
Sourcil. Venir à la surface de la terre en forme de source.
Une partie des eaux coule sur la surface de la terre, et le reste pénètre dans l'intérieur à travers les petites fentes des terres et des rochers ; et cette eau sourcille en différents endroits, lorsqu'elle trouve des issues , BUFF. , Hist. nat. 2e disc. t. I, p. 172
De sorte que les eaux sourcillent presque à la surface du sol, pour peu que les pluies aient été abondantes , GIRARD , Instit. Mém. Acad. sc. t. III, p. 98
Dérivé de source.