SOUQUENILLE

Prononciation : sou-ke-ni-ll', ll mouillées, et non sou-ke-ni-ye
Nature : s. f.

Long surtout en grosse toile dont se servent les cochers et les palefreniers quant ils pansent leurs chevaux.
Quitterons-nous nos souquenilles, monsieur ? , MOL. , l'Av. III, 2
Voulez-vous gager que je l'épouse avec la casaque sur le corps, avec une souquenille si vous me fâchez ? , MARIV. , Jeux de l'am. et du has. III, 7 Méchant habit en général.
M'ayant revêtu d'une vieille souquenille, ils me mirent dehors par les épaules , LESAGE , Gil Blas, I, 13
Molière a dit siquenille dans l'édition originale de l'Avare, changé ensuite en souquenille. On a dit aussi chiquenille. Dimin. de l'anc. subst. sequanie ou soucanie ; bas-lat. soscania ; bas-grec. Origine inconnue.