SOUPIRANT, ANTE

Prononciation : sou-pi-ran, ran-t'
Nature : adj.

1Qui soupire. Particulièrement, qui soupire d'amour.
Que fait autour de notre porte Cette soupirante cohorte ? , LA FONT. , Petit chien.
Ô union de deux coeurs qui ne veulent plus être qu'un ! ô coeurs soupirants après l'unité ! , BOSSUET , 2e sermon, Assomp. Vierge, 2
2s. m. Celui qui aspire à se faire aimer d'une femme. Un soupirant d'amour.
Et de là nous pouvons tirer ces conséquences, Qu'on n'acquiert point leurs coeurs [des hommes] sans de grandes avances, Qu'aucun pour nos beaux yeux n'est notre soupirant , MOL. , Mis. III, 5
Et, grossissant ma cour d'esclaves différents, J'écoute les soupirs, et ris des soupirants , TH. CORN. , l'Inconnu, I, 5
L'art d'amuser plusieurs soupirants , J. J. ROUSS. , Ém. v.
Le vieux soupirant n'a pu tenir contre les prétendus remords de sa maîtresse , LESAGE , Diable boit. 17
XIIIe s.
Pour c'est fole chose de nous, Dames qui sons [sommes] mal percevans, Quant cortoisie et biaus semblanz Nous maine à cortoisie fere ; Lors cuident tout lor autre afere Cil souspirant avoir trové , Lai de l'ombre
Soupirer.